L’équipe humoristique

Pour 2011-2012

L'équipe de l'Habérézina

Lhabérézina naît en 1951 à l’initiative du célèbre missionnaire gantois Jules Schrujvens. Rapatrié de force du Congo en 1951 suite à un mauvais rhume, il est envoyé en convalescence au sanatorium d’Anlier. Ne comprenant rien au patois régional, il entreprend d’évangéliser les enfants de la région pour occuper les longues soirées hivernales et fonde une modeste chorale nommée “Avé Regina”.

Composée de jeunes gens de 6 à 12 ans à l’époque, la chorale remporte immédiatement un franc succès en reprenant les plus beaux cantiques Gaumais. Aujourd’hui encore, les yeux des plus anciens brillent lorsqu’on évoque le fameux “Judas qué vârat” donné en 1953 à Parette.

Mais plus qu’une passion commune, plus que la communion dans le Seigneur, c’est un véritable Amour qui unit les membres de cette communauté. Un Amour qui leur permet de triompher de toutes les épreuves, comme en témoigne leur seconde place au concours Euro-Reine Elizabeth de la chanson 1956 avec “Froume pas l’huche à Jésus”. Mais un Amour exclusif aussi, qui empèche l’entrée de tout nouveau membre dans le groupe.

En 1958, à l’exposition universelle, c’est le naufrage. Tous les membres masculins du groupe ayant mué, la prestation devant le roi est catastrophique. L’Ave Regina sombre dans l’oubli et se retire sur ses terres.

En 2008, la presse stupéfaite apprend de la chorale n’est pas morte mais en est à présent dans sa troisième génération. Les petits enfants des fondateurs annoncent à la fois l’ouverture de la chorale sur l’extérieur (la consanguinité se faisant sentir), et la tenue d’un grand gala à Bruxelles.

Mais le jour dit, c’est le drame. Ayant à la fois égaré les partitions et le GPS, l'”Ave Regina” débarque en retard et par erreur au centre culturel de Scharbeek. Une jeune fille ivre prend leur nom (et l’écorche au passage) et les pousse sur une drôle de scène. Lhabérézina -puisque c’est désormais son nom- improvise.

Et continue jusqu’à ce jour.

Pour 2010 – 2010

Quelques notions pour mieux comprendre Lhabérézina :

2 heures 12 minutes : C’est le temps que met Lhabérézina pour rejoindre la Capitale afin de participer aux diverses rencontres avec le plein d’énergie. Un autre type de plein est effectué au Luxembourg pour y arriver!

Sortie 29 : C’est ici que vous devez quitter l’E411 pour venir nous faire un petit coucou!

180 kg : C’est le poids d’un cerf adulte. Septembre étant la période idéale pour ob-cerf-ver ces magnifiques animaux en rut. On appelle cela le brame!

+/- 3 ans : Nous nous sommes tous rencontrés durant ce laps de temps afin de former notre équipe d’impro dans le Sud-Luxembourg.

1 nuit et 1 matinée : Temps de cuisson de la Touffaye. La Touffaye s’accompagne bien sûr d’un bon Orval (vieux et tempéré).

16 octobre 2010 : Date de notre premier match dans le championnat de Belgique d’impro amateur! D’autres suivront, venez nombreux!

3 ans : Temps de construction moyen d’une maison passive en bois faite main par François. Quel homme!

10 mois: Période scolaire à Lubumbashi selon Delphine.

100 km : Distance presque parcourue par Fabi. Quel courage Fabi!

2 heures : Durée moyenne d’une réunion à l’école de Musson suivie par Paul.

20 minutes: En 20 minutes, Coco vous transforme en zombie. Grrrrr!

2 jours : Pierre peut vous casser un étage en 2 jours. Bravo Pierre!

1-2-3-4 : Ben arrive à vous jouer un petit air de batterie sur ces temps.

16 : Nombre de radiateurs auxquels parlent les patients de Marie-Laurence.

1 : Nombre d’Habéréziclone attendu par Marie. Félicitations Marie!

0 : Nombre de personne repartant saoul après avoir rencontré Stephan lors d’un soirée. Trop fort ce Stephan!

Voilà, au plaisir de vous rencontrer afin d’approfondir certaines de ces notions. Nous avons hâte en tout cas!